Mutos


Articles de cet auteur

mercredi 21 décembre 2022
par  Mutos

Négociations salariales : signer ou ne pas signer, telle est la question...

La direction a annoncé son « ultime » proposition salariale lors de la 3ème réunion des Négociations Annuelles Obligatoires, qui avait lieu le 20 Décembre 2022.

Encore une fois, la direction centrale se présente avec une proposition ridicule, avec une enveloppe globale qui passe de 5,5 % à 6 %, pour finir à 6,5 %, mais des AG de seulement 4,4 % (OETAM) et 3 % (IC), très loin de l’inflation (6,2 %).

La CGT est la seule organisation à avoir fait des revendications dès la 1ère réunion des négociations. Elles ont permis d’obtenir la mise en place d’un talon pour les plus petits salaires, le salaire minimum à 2000 euros, un meilleur remboursement des transports en commun et une Augmentation Générale pour tous.

Malgré ces avancées, le compte n’y est clairement pas. L’augmentation générale de 4,4 % (OETAM) et 3 % (IC) ne compense pas l’inflation de 6,2 %. N’oublions pas non plus les 10 % chez EDF, obtenus avec 1 semaine de grève TOTALE !

Dans sa démarche démocratique, la CGT va consulter les salariés pour se positionner, soit par une signature, soit par un renforcement du mouvement, selon l’avis donné par la majorité des salariés qui auront répondu.

Plus d’explications dans le tract ci-dessous...

mercredi 21 décembre 2022
par  Mutos

Projet FSC ex-Fralis : incertitudes à tous les étages...

Le 30 Juin dernier, un point supplémentaire était ajouté à l’OdJ du CSE de Courbevoie, prévu le 8 Juillet, portant sur un projet nommé « Fralis ». Sous ce nom innocent se cachait la délocalisation de toutes les fonctions support (« Corporate » ou « CORP ») à Lyon.

Au CSEC du 5 Juillet, toutes les Organisations Syndicales s’insurgeaient contre ce projet. En effet, dans la Tour, les salariés ont déjà été mis à mal par les réorganisations successives et le passage de 21 étages à seulement 9, et ce nouveau projet faisait à nouveau disparaître 2 étages Framatome.

Retiré du CSE de Courbevoie, le projet était reporté à Septembre. Il réapparaissait au CSEC du 20 Septembre sous un nom à rallonges et la direction tentait d’interdire toute référence à la première mouture, y compris dans l’utilisation du nom « Fralis ». La CGT l’avait alors surnommé « Voldemort », puisque la direction nous interdisait de prononcer son nom...

Rebaptisé dernièrement FSC, il peut sembler moins néfaste, ne portant plus la disparition que d’1 seul étageau lieu de 2. Néanmoins, le CORP se trouverait concentré au 12ème étage, avec deux fois moins de postes que de personnes, et d’autres étages seraient déménagés pour profiter des « trous » (le fameux « mitage ») créés par cette concentration. De quoi déstabiliser tous les salariés de la Tour, dont une enquête diligentée par le CSE a montré que pèsent déjà sur eux des Risques Organisationels et Relationnels (ROR), plus connus sous le vocable de « Risques Psycho-Sociaux » (RPS).

Qui plus est, cela désorganiserait les fonctions support, qui n’en ont pas vraiment besoin, durement touchées qu’elles sont déjà par des années de cures d’austérité successives. L’ensemble des salariés de la Tour, et sans doute de Framatome, paieraient alors la nouvelle série de « renoncements » que ne manquerait pas d’entraîner l’incapacité du CORP à assurer ses missions, faute de moyens.

Malgré ce contexte, la direction s’arc-boute sur son projet et sur le M€/an économisé (à condition de trouver à sous-louer l’étage « libéré »). Parce qu’il n’y a pas de petites économies, y compris quand c’est sur le dos des salariés. Beaucoup de salariés pensent déjà que le CORP n’est que le premier round d’une « ruée vers Lyon » qui à terme laisserait exsangue l’établissement de Courbevoie.

Et encore, nous n’avons pas encore parlé de l’établissement de Lyon, dont les open-spaces gérés en flex-office sont encore pour un temps moins encombrés que ceux de la Tour, mais qui doivent s’attendre, si l’on en croit la direction, à faire face à un afflux massif de recrutements et de déplacements, qui risque de fortement dégrader les conditions de travail.

C’est pourquoi la CGT vous informe à travers cet article, qui sera mis à jour régulièrement avec les derniers tracts sur ce sujet. Ne laissons pas l’établissement de Courbevoie s’étioler, ni celui de Lyon s’engorger !

lundi 7 février 2022
par  Mutos

Grève du 26 Janvier 2022 pour refuser le bradage d’EDF : forte mobilisation, l’intersyndicale appelle à continuer l’action

Ce 13 Janvier, le gouvernement annonçait qu’EDF devrait racheter 20 TWh au prix fort sur les marchés de gros, pour les brader à ses concurrents à 1/5 du prix d’achat au jour de l’annonce. Cette mesure revient à racketter EDF d’environ 8 milliards d’euros, sans pour autant résoudre l’envolée des prix de l’électricité, mais en mettant en danger la pérennité de la filière nucléaire française.

Suite à cette annonce gouvernementale, les quatre fédérations syndicales représentatives au sein d’EDF ont appellé à une journée de mobilisation le 26 Janvier. La CGT Framatome s’est jointe à l’appel intersyndical EDF et a appellé les salariés de Framatome à participer aux mobilisations locales. Près de la moitié des salariés EDF étaient en grève le 26 Janvier et le mouvement va continuer.

Vous trouverez ci-dessous le tract interfédéral d’appel à la grève, la lettre ouverte à Bruno Le Maire, Ministre ministre de l’Économie, des Finances et « de la Relance » (sic), un tract de la FNME-CGT (Fédération Mines et Energie) à l’image de « La cigale et la fourmi » de Jean de La Fontaine, et le tract interfédéral de bilan de la journée du 26.

N’oubliez pas, si vous souhaitezvous mobiliser lors des prochaines actions, que pour les salariés en télétravail, la grève peut prendre la forme d’une déconnexion d’au moins 2 heures, et qu’il reste nécessaire de vous déclarer en grève auprès de votre manager.

mardi 25 janvier 2022
par  Mutos

Appel à la grève le 27 Janvier pour les salaires

Face à un contexte social et économique désastreux, encore aggravé par des politiques antisociales, il y a urgence à se mobiliser massivement.

Certes, des mobilisations et des négociations ont permis d’obtenir des revalorisations de salaires. Mais trop souvent encore, les négociations sont au point mort ou les propositions des employeurs loin du compte.

C’est pourquoi les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL appellent à une mobilisation interprofessionnelle le Jeudi 27 Janvier 2022, et soutiennent les actions et mobilisations à venir pour exiger des augmentations de salaires et défendre les emplois et les conditions de travail.

Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble par la grève et les manifestations, pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que des pensions des retraité.e.s. !

Vous trouverez ci-dessous l’appel intersyndical, le tract de l’UGICT pour le dégel des salaires, et enfin l’appel Île-de-France à une grande manifestation parisienne.

mercredi 19 janvier 2022
par  Mutos

Pétition « Mesures pour concilier garde d’enfants et (télé)travail »

Depuis maintenant deux ans de crise sanitaire, un problème se pose systématiquement pour les parents dont un enfant ne peut être scolarisé. En conséquence, beaucoup d’entre nous sont contraints au travail à domicile en présence des enfants, d’autres laissent seuls des enfants en bas âge pour venir travailler dans les ateliers. Nombre d’entre nous ont dû consommer, voire anticiper, des congés pour faire face. Nos activités ne sont pas compatibles avec le cumul « garde d’enfant » et « (télé)travail » ! Les conséquences nous impactent tous, que nous ayons ou non des enfants.

A plusieurs reprises, nous avons interpellé la direction de Framatome afin qu’elle ouvre un dispositif de type « Jour COVID Enfant » en cas de fermeture de classe ou de cas positifs au sein du foyer, et donne la possibilité aux managers d’adapter les plannings à ces situations.

Sans réponse favorable, nous appelons aujourd’hui les salariés à appuyer nos demandes en signant et en faisant signer la pétition ci-dessous.

Envoyer un message