lundi 29 novembre 2021
par  Mutos

NAO 2022 : revendications CGT

Les NAO centrales 2022, notamment Salaire et Temps de Travail, arrivent bientôt. La CGT a consulté ses syndiqués et chaque fois que c’était possible sur un site, l’ensemble des salariés. Après discussions internes à partir de tous ces retours, les principaux éléments de nos revendications ont été établis.

Ces premières grandes lignes ont fait l’objet d’une déclaration lors de la réunion dite « R0 » de la négciation, au cours de laquelle la direction apporte le bilan de l’application de l’accord NAO 2021.

La direction n’a pas répondu à toutes les questions envoyées préalablement par la CGT et ses valeurs de la masse salariale de 2021 sont contradictoires avec celles des années antérieures. C’est pourquoi nous avons exprimé nos doutes quant aux valeurs données par la direction, notamment sur l’utilisation pleine et entière des sommes allouées au titre de l’accord NAO pour 2021, et demandé des chiffres précis et justifiés.

Il est à noter que la CGT a été la seule OS à exprimer ses renvendications clairement par une déclaration. La CGT entend ainsi peser sur la négociation à partir de l’ensemble des remontées du terrain, exprimées par les syndiqués et les consultation de l’ensemble des salariés.

Des revendications plus détaillées suivront cette déclaration.

NAO 2022 : déclaration CGT du 26/11/2021 - Nos revendications


Articles les plus récents

jeudi 28 octobre 2021
par  Mutos

Convention Collective de la Métallurgie : tous devant l’UIMM le 25 Novembre !

Le 25 Novembre, la CGT Métallurgie marche sur l’UIMM !

Depuis 2016, des négociations sont engagées entre le patronat de la métallurgie, l’UIMM, et les syndicats. L’UIMM, qui tient le stylo, veut imposer des reculs conséquents et casser des droits qui avaient été peu à peu conquis par de nombreuses luttes au cours des deux derniers siècles.

La CGT a proposé une Convention Collective de progrès, porteuse de prospérité pour tous. Mais sur tous les sujets, l’UIMM n’en a tenu aucun compte et entérine les reculs les plus dramatiques.

Le texte de ce « Dispositif Conventionnel » sera mis à la signature fin 2021. C’est pour cela que nous devons montrer notre détermination et notre force. La manifestation du 25 Novembre portera la lutte dans la rue, devant le siège de l’UIMM, rue de Wagram à Paris.

Les trois tracts ci-dessous détaillent les propositions de l’UIMM et de la CGT, afin que vous puisiez vous faire votre avis. Le premier est général et montre la structure et les méfaits du texte proposé par l’UIMM. Le second détaille les implications pour les Ingénieurs, Techniciens et Cadres, qui ne seront pas épargnés par cette réforme. Enfin, le troisième illustre comment la prime d’ancienneté sera supprimée si cette réforme passe, entraînant des baisses de salaire pour tous...

Dernière minute : nous étions plus de 7000 devant l’UIMM !

jeudi 24 juin 2021
par  Mutos

Edvance : EPR2 à Lyon : donnez votre avis !

La direction d’Edvance veut passer le projet EPR2 à Lyon. Un accord a été négocié sur les conditions de transfert des collègues Edvance en Mise à Disposition depuis Framatome qui, travaillant sur EPR2, seraient déplacés d’IdF vers Lyon. Il est actuellement proposé à la signature jusqu’au 15 Septembre.

Nous considérons cette négociation comme une étape dans le processus de transfert, qui suit celle de la consultation des instances. Nous estimons que tout au long du processus, les salariés doivent pouvoir intervenir.

Une enquête avant les négociations avait révèlé des préoccupations beaucoup plus vastes que les seules conditions de transfert, portant également sur la carrière et le métier des salariés transférés. La CGT a porté dans ces négociations la revendication d’intégrer ces dimensions, en plus des améliorations des conditions immédiates de transfert, mais s’est vu opposer une fin de non-recevoir de la direction, qui a maintenu les négociations dans le périmètre strict des conditions matériels de transfert.

Nous vous livrons donc dans un tract ci-dessous les réflexions de la CGT à l’issue des négociation, mais nous souhaitons également recueillir votre avis en tant que salariés concernés par ce projet, avant de nous prononcer pour ou contre la signature.

Conformément à notre démarche, nous allons consulter nos adhérents, élus et mandatés. En parallèle, un sondage, dont vous trouverez le lien ci-dessous, vous est proposé jusqu’au 10 Septembre, pour nous donner le temps de croiser vos réponses avec celles de nos syndiqués, élus et mandatés et décider ainsi de notre signature.

lundi 8 février 2021
par  Mutos

Flex-Office sur les sites tertiaires Framatome : la lutte continue, la pétition aussi !

Au CSEC du 27/11/2020, la direction annonçait le passage en Flex-Office des sites de Paris-Courbevoie et Lyon, emboitant ainsi le pas à Edvance (bâtiments 11M, Magnetik et Flow).

En intersyndicale centrale, nous avons lancé une consultation pour connaître votre avis et ainsi, pouvoir porter vos opinions et vos demandes sur ce sujet. Les 1146 réponses recueillies sur Courbevoie et Lyon ont montré que 75% des répondants étaient opposés au projet de Flex-Office.

Dans les actions proposées par l’intersyndicale, la pétition arrivait en tête sur Courbevoie. C’est pourquoi cette action a été lancée par l’intersyndicale. Il est à noter que les actions sur Courbevoie et Lyon ont été menées de manière indépendante sur les deux sites.

La pétition sur le site de Courbevoie avait recueilli, au moment de la mise à jour de ce texte (15/03/2021:1710) 393 signatures.

Suite à plusieurs AG sur l’établissement de Courbevoie, un rassemblement devant la Tour a eu lieu le Mardi 2 Mars 2021, pour s’opposer à ce projet, suivi d’un second le Mardi 9 Mars, et d’autres rassemblements seront à suivre.

La direction a annoncé le 9 Mars vouloir renoncer à la suppression d’un étage de la Tour et décaler d’un mois la consultation des instances, et donc la mise en place du projet, ce qui montre son manque d’assurance face à l’opposition des salariés à ce projet. Cependant, cela est loin d’être suffisant pour satisfaire les salariés, déjà mis en difficulté dans leur travail par la mise en place de l’open-space il y a deux ans à la Tour, puis par la crise COVID qui dure encore, et qui refusent de voir leurs conditions de travail se dégrader encore.

Si vous travaillez sur Courbevoie et souhaitez vous opposer au projet de Flex-Office, signez et faite signer la pétition (lien en bas de page) afin d’exprimer votre opinion et d’accroître le poids de notre mobilisation. Notre lutte a déjà fait reculer la direction, mais elle n’est pas terminée !

mardi 12 janvier 2021
par  Mutos

Unité intersyndicale contre le projet Hercule de démantélement d’EDF

En 1946, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, dans la continuité du Programme du Conseil National de la Résistance, EDF était créée pour garantir à la France l’autonomie énergétique dont elle avait besoin et à tous les Français et les Française, et notamment les plus démunis, l’accès à l’électricité, désormais reconnue comme nécessité pour mener une vie pleinement intégrée.

75 ans plus tard, au terme d’un lent processus de privatisation entamé dans les années 1980, selon la stratégie bien connue des politiques de « faire bouillir la grenouille à petit feu afin qu’elle ne saute pas hors de la casserole », le plan Hercule vise rien moins qu’à porter le coup de grâce à cette conception égalitaire et sociale de l’énergie électrique.

Si EDF cède à cette scission en deux entités distinctes, cela reviendrait ni plus ni moins à donner « les dépenses au public, les profits au privé » et à livrer les plus démunis d’entre nous au racket des opérateurs privés en quête incessante de dividendes jamais assez juteux. Nous l’avons tous constaté en 2020, les grandes entreprises « zombifiées » par la finance ont versé à leurs actionnaires des dividendes faramineux, malgré l’impact de la crise du COVID, lequel impact s’est essentiellement trouvé reporté sur les plus fragiles : ceux qui n’ont pas les moyens de s’imposer.

C’est pourquoi les quatre syndicats d’EDF ont, par le biais de leurs Fédérations (regroupement des syndicats d’un même secteur), alerté leurs Confédérations (syndicats nationaux) qui ont écrit au Président de la République la lettre que nous vous livrons ci-dessous.

vendredi 8 janvier 2021
par  Mutos

Négociations Annuelles Obligatoires 2021

Les Négociations Annuelles Obligatoires se sont ouvertes début Décembre. La CGT a construit ses revendications après consultation des différentes sites Framatome. Dans cette année COVID où la direction Elles sont axées sur l’égalité, avec notamment une Augmentation Générale pour tous, y compris les ingénieurs et cadres, de plus en plus nombreux à la réclamer. Nous demandons à ce titre une enveloppe de 3.7%.

La direction a présenté les 10 et 15 Décembre des propositions inférieures à celles de 2019, très loin des attentes des salariés et des revendications portées par la CGT et les autres Organisations Syndicales.

Nous avons dans un premier temps regroupé les avis de chaque syndicat CGT pour rédiger une lettre ouverte à Bernard Fontana, incluant un appel à la grève pour le 22 Décembre 2020, date de la dernière réunion des NAO. Puis chaque syndicat a décliné cet appel selon sa sensibilité et ses préoccupations locales.

Après cette grève qui a permis, lors de la dernière réunion du 22 Décembre, d’obtenir quelques avancées certes modestes, nous vous avons livré le Compte-Rendu des négociateurs CGT sur ces NAO et invités à nous indiquer si vous souhaitez ou non que la CGT signe cet accord.

Suite à vos réponse et à l’expression des syndiqués CGT, que nous avons consultés comme chaque fois qu’un accord est soumis à notre signature, la CGT apposera finalement sa signature, pour les raisons que nous détaillons ci-dessous et malgré les insuffisances de l’accord.